L’EDIT DE RECENSEMENT

 

 

 

(Luc 2  1-3} ... En ces jours- là, parut un édit de César Auguste, ordonnant de recenser le monde entier. Ce premier recensement eut lieu pendant que QuiriniusŒ était gouverneur de Syrie. Et tous allaient se faire recenser, chacun dans  sa ville ...

Un soir  de  novembre -5, Joseph  rentre  de  son  travail, fatigué  et manifestement  préoccupé.

Marie le débarrasse de son manteau. Il s’assoit à table et ne cesse de se caresser la barbe d’un geste méditatif ...

- Quelque chose te tracasse. Puis-je te consoler ?

- Tu  es  toujours  ma  consolation, Marie ! Cette  fois  c’est  un  gros souci ... Surtout pour toi.

- Que  se  passe-t-il ?

- Un ordre de recensement général vient d’être apposé sur la porte de la synagogue. Chacun   doit aller se faire inscrire au lieu d’origine de sa famille. Il va falloir aller à Bethléem ...                                                               

Marie fait : «  Ho ! » et porte la main sur son ventre.

- Cela t’impressionne ... Le voyage sera pénible.

- Non, pas cela, je pense aux prophéties ... à Rachel, épouse de Jacob, dont  naîtra le Sauveur ... Rachel qui est enterrée à Bethléem. Je pense à Miché ... et toi Bethléem... de toi sortira le Dominateur !

A ces mots  Joseph panique !

- Tu  crois  que  le  moment  de  la naissance  est  déjà  proche ? Comment ferons-nous ?

- Ne crains pas ... Cet édit est la volonté de Dieu. Rien de fâcheux ne saurait nous arriver : Dieu est avec nous. Aux yeux du monde, Jésus doit paraître comme notre fils. Le père a entouré sa venue de mystère et ce n’est pas à nous d’en lever le voile ... Jésus le fera quand Il estimera que l’heure sera venue.

A l’écoute de Marie, Joseph est tout réconforté :

- Tu es bénie,  soleil de mon âme. Ne perdons pas de temps alors. Il faut partir et revenir au plus vite car ici  tout est prêt  pour la naissance !

Le bon Joseph n’a rien compris.

 

 

Œ C’est là un de ces repères historiques mentionnés dans les textes canoniques et qui attestent de la réalité de l’existence historique de Jésus. Car ils ne manquent pas ceux qui soutiennent que les Evangiles ne seraient que des racontars, beaux peut-être, mais sans aucun fondement « scientifiques ».  Ce repère là ne fait pas l’unanimité car ce Quirinius fut discret et certains historiens soutiennent qu’il ne serait pas attesté dans les chroniques de l’empire romain. D’autres, depuis peu affirment le contraire. Des fouilles récentes auraient mis au jour une gravure sur pierre à ce nom. Mais ces mêmes chroniques romaines mentionnent Jésus comme un agitateur politique crucifié sous Ponce Pilate, exactement comme le dit notre Credo.

 Voila qui confirme l’immense respect de Marie vis-à-vis des secrets de Dieu. Elle n’a rien raconté à Joseph de la visite de Gabriel. Dans le cas contraire, Joseph n’aurait pas posé cette question.